Avec la ceinture noire viennent les responsabilités

ceinture noire

Il est important de comprendre les responsabilités qui vous incombent lorsque vous devenez ceinture noire.

Dans le Bujinkan, il est assez facile d’obtenir sa ceinture noire après trois ou quatre ans de pratique régulière. Mais les choses sont en fait plus compliquées que vous ne le pensez. Lorsque vous pratiquez les arts martiaux, vous menez une recherche sur vous-même, vous ne vous entrainez pas pour obtenir une récompense.

La ceinture noire s’accompagne de responsabilités. Trop souvent, je vois des élèves, fraîchement promus Shodan, arrêter de s’entrainer. Avant d’atteindre ce “précieux grade”, ils étaient présents à tous les cours. Aujourd’hui, on ne les voit que trop rarement. Et quand ils viennent, c’est pour enseigner leur manque de connaissances à ceux qui sont encore dans le processus pour les obtenir.

Le vrai entrainement commence lorsque vous devenez ceinture noire. Tout le reste est faux.

Pour les Japonais, devenir ceinture noire signifie que vous êtes accepté dans le Dojo en tant que débutant. Vous bougez encore tristement mais votre professeur, votre Sensei, a reconnu que vous aviez acquis les fondamentaux de la discipline.

Shodan n’est que la première étape.
Avant cela, c’est comme être à la maternelle, vous apprenez à lire, écrire, faire des opérations simples.

En conséquence, il est devenu courant de ne voir s’entrainer dans les Dojo que des débutants, et bien peu de ceintures noires. Alors même que ces Dojo en comptent plusieurs dans leurs rangs. Soudainement, les élèves ceintures noires ne ressentent plus l’obligation de s’entrainer aussi régulièrement qu’ils le faisaient lorsque qu’ils travaillaient à obtenir leur Shodan.

En France, nous avons l’expression “noblesse oblige” (que le dictionnaire définit ainsi : quiconque prétend être noble doit se conduire noblement). Cette expression vient de l’époque féodale mais elle est encore parfaitement valable de nos jours. En tant que ceinture noire (noble), vous avez des devoirs. Votre comportement doit être un exemple pour les débutants (les gens ordinaires).

Que vous pensiez être un Ninja ou un Samouraï, peu importe. Ce qui compte c’est que le fait d’avoir une ceinture noire doit vous pousser à l’excellence. Les Samouraï japonais appelaient cela leur “devoir”. Les pratiquants d’arts martiaux le connaissent mieux sous le terme de “Giri” le sens du devoir et de l’honneur (1).

Dans le monde moderne, un Samouraï serait l’équivalent d’un officier de l’armée.
Dans la sphère militaire, un officier mène ses troupes en étant un exemple pour ses hommes. Il exige d’eux ce qu’il peut exiger de lui-même.

En tant que ceinture noire, vous devez agir comme un officier. Lorsque vous êtes sur les tatamis, soyez un exemple pour tous.

On attend de vous que vous ayez un bon niveau technique, mais avoir un haut degré d’éthique et de morale, d’engagement et de résilience, est encore bien plus important.

Ces valeurs montrent qu’à travers l’entrainement vous avez également évolué en tant qu’être humain. Cela démontre qu’une pratique intense a influencé votre attitude dans la vie.
Mais si vous êtes ceinture noire et que vous n’allez plus en cours, comment pouvez-vous le montrer ? Combien de temps cela durera-t-il ?

Comme je l’ai dit précédemment, le Shodan est la première étape de votre progression. Quand allez-vous gravir les marches vers l’excellence si vous ne venez plus en cours régulièrement ?

“Le Hagakure” (aussi appelé “Le Livre du Samouraï”) nous dit que le Samouraï se devait de « vivre le jour présent comme si c’était son dernier jour ».

Alors la prochaine fois que vous serez sur les tatamis, gardez cela en tête et entrainez vous comme si c’était votre dernier jour.

Le Bujinkan est comme l’eau : si vous arrêtez de vous entrainer, tout s’évaporera et vos diplômes ne seront plus que des bouts de papier sans valeur.

Soyez responsables !

Notes :
(1) Giri : devoir ; sens du devoir ; honneur ; politesse; courtoisie ; gratitude ; obligation sociale.

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

Source : Shiro Kuma’s Blog : article « Black Belt Comes With Responsibilities »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France

Bujinkan Paris Taikai 2016