Engeki Ken

Illustration de l'article Ninjutsu Bujinkan Sabre Engeki ken

Pendant le cours, Sensei a enseigné un concept sur le sabre tiré du Gyokko Ryū, appelé Engeki Ken (縁隙剣). Quand vous mettez en pratique ce concept, vous mettez en contact (En) votre sabre (Ken) avec les ouvertures dans l’armure de Uke (Geki). La lame est au centre des mouvements de votre corps et vous tournez autour de Uke pour trouver une ouverture. Dans le Bujinkan, le sabre est plus utilisé comme un bouclier que pour couper, et le corps rend cela possible. Il n’y a ni tension, ni blocage violent. Seul un jeu de jambe précis permet de prendre l’équilibre de Uke et de créer une opportunité de le contrer.

Le thème de cette année est Goko Goshin (悟光護心) (1), qui peut se traduire par « la lumière de l’illumination protégeant le cœur/esprit ». Si vous vous rendez au nouveau Honbu dōjō, vous remarquerez qu’il y a huit statues dorées de bouddhas et de bodhisattvas sous le shinden (2). Ce sont les protecteurs des huit directions (N, NE, E, SE, S, SO, O, NO). Ils sont là dans le but de protéger le dōjō dans son ensemble et nous, pratiquants, pendant les cours.

J’ai commencé à comprendre la raison pour laquelle Hatsumi Sensei a choisi ce thème pour l’année quand il a raconté l’histoire suivante. Nous savons tous que Sensei collectionne les armes anciennes. En visitant récemment sa boutique d’antiquités préférée, il est tombé sur un beau sabre. Quand il dégaina la lame, il était gravé « Butsu Hasso », les huit gardiens Bouddhas du zodiaque. Il l’a vu comme un présage pour le nouveau Honbu dōjō et l’a acheté. Il a donc mis les statues des Butsu Hasso dans le shinden en guise de protection.
Il y a également un aigle géant sur le côté gauche (c’est l’oiseau préféré de Takamatsu Sensei).
Sur le côté droit, il y a une statue de Kanjin (Jiangzhen), un moine chinois qui a introduit le Bouddhisme dans le pays au 8e siècle (3). Nous sommes pleinement protégés.

Le sabre est également symbole de protection et j’y ai vu un lien direct avec le concept du Engeki Ken. Quand nous utilisons le sabre, nous devons protéger notre corps par cette connexion avec l’adversaire à travers la lame. Une fois encore, il est surtout question mouvement de jambes dans le Bujinkan et le corps tourne autour de Uke tout en gardant la lame en interposition. Lorsque Sensei bouge, il le fait d’une manière si naturelle que l’adversaire ne sait pas à quoi il est confronté.
Pendant le cours de ce dimanche, il nous a pris Pedro et moi, comme Uke pour un court moment. À chaque fois, nous étions vaincus avant même d’avoir attaqué. Nous avions l’impression d’être face à une ombre. Il n’y avait rien pour générer une réaction de notre part. Chaque mouvement de Sensei se faisait comme s’il n’était pas présent. Comme Pedro l’a expliqué : « Sensei détruit ma confusion ». Sa non-présence crée une telle confusion que nous sommes morts avant d’avoir fait quoi que ce soit. C’était une sensation très étrange.

Après le cours, un groupe d’élèves est allé au domicile de Sensei à Saitama pour l’aider à nettoyer et enlever les mauvaises herbes dans le jardin du mémorial de Takamatsu. C’était un moment très agréable. Suite à cela, Sensei nous a offert à boire et nous a beaucoup parlé de « bonheur et d’être détendu ». Ceux qui ont eu la chance d’être présents n’oublieront jamais ce précieux après-midi dans le jardin sous le ciel ensoleillé.
Il s’agissait d’un autre Engiken Ken (苑闃乾), être « paisiblement dans le jardin sous le ciel ». (4)
Merci Sensei pour cette belle journée au dōjō, puis dans le jardin.

Notes :
(1) 縁隙剣
En : sort, destin (comme une force mystérieuse qui lie deux personnes)
Geki : trou, espace, fente (dans une armure) chance, opportunité
Ken : épée, sabre (à l’origine : sabre à double tranchant)

(2) Eight Buddhist Protectors of the Zodiac (EN)

(3) Page Wikpedia « Jianzhen »

(4) 苑闃乾
En : jardin (artificiel), verger, parc, plantation
Geki : tranquillement, paisiblement
Ken : qian (une des trigrammes de Yi Jing : ciel, Nord-Ouest)*
*Les Hasso butsu ont également un rapport avec les trigrammes de Yi Jing.

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

source : Shiro Kuma’s Blog : article « Engeki Ken »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France