Ganseki Nag(ato)

Ganseki nage

Depuis qu’il avait été promu Dai Shihan l’année dernière, Nagato Sensei enseignait directement depuis les Densho. Son Taijutsu puissant s’était à nouveau confronté aux formes basiques des Ryûha et nous avait aidé à approfondir notre Taijutsu.
Mais cet été apparemment, il est revenu à sa manière plus habituelle d’enseigner et je dois dire que c’était un plaisir renouvelé.

Je suis ses cours depuis l’ouverture du premier Honbu en 1997 et je peux voir une nouvelle profondeur dans ses mouvements.

J’ai eu la même révélation lorsque j’enseignai le Tenchijin, les Ryûha et les armes aux élèves de Shiva en Inde. J’ai remarqué que mon corps bougeait d’une façon plus puissante et subtile après avoir revu avec eux toutes les techniques du Bujinkan.

Pendant le cours, Nagato Sensei a utilisé une technique présentée par un haut gradé présent et a enseigné avec son “Ri” (1) sa vision du principe de Ganseki. C’était simple et doux et terriblement efficace.

L’efficacité n’a jamais été un problème pour lui mais j’ai ressenti qu’il avait encore amélioré, si cela est possible, sa compréhension générale du Taijutsu.

À propos de Ganseki, il a dit que nous n’avions pas à suivre la forme basique, mais que nous devions l’adapter harmonieusement aux attaques de Uke. Les formes basiques sont là pour enseigner aux débutants les mécanismes généraux du corps. Pouvoir s’en servir utilement pour survivre dans un combat réel, c’est une toute autre chose.

Nous avons fait plusieurs variations autour de Ganseki, changeant la forme basique en de multiples formes non orthodoxes.
Parfois, son bras seul, totalement plié, était utilisé comme un levier pour projeter son adversaire.
Parfois, il retenait légèrement le bout des doigts de Uke et, avec son épaule et en un mouvement de tout le corps, le projetait avec une variante de Ganseki Nage.

Chaque fois, sa distance et ses angles s’adaptaient aux ouvertures de son partenaire. C’était brillant.
Dans le droit fil de ce que Hatsumi Sensei enseigne actuellement en cours, ses mouvements étaient tous connectés.
Le Tsunagari (2) correspondait exactement (3) aux intentions de Uke. Il n’y a pas de pensée, mais uniquement une réaction naturelle du corps.

Si je devais résumer ce cours fantastique, je dirais que si le Taijutsu de Nagato Sensei était bon, il est devenu encore meilleur. Et encore une fois, je pense que cela résulte du fait qu’il maîtrise ses bases et a passé une année à les revoir à travers les Densho.

Si vous êtes professeur, je vous conseille de revoir les Ryûha régulièrement parce qu’il y a de nombreux trésors à y trouver.
Si vous êtes élève, soyez heureux de travailler ces bases car elles permettent de construire de solides fondations pour votre pratique future.
S’il-vous-plaît essayez d’ignorer les mouvements cosmiques. Ils sont souvent irréalistes et vous donnent une fausse sensation de sécurité. Votre survie est cachée dans la qualité de vos bases.

Notes :
(1) Le dernier niveau de Shuhari
(2) 繋がり/ Tsunagari / connexion, lien, relation (voir à ce sujet l’article « Tsunagari à travers Hanpa »)
(3) 併せる/ Awaseru / faire correspondre (rythme, vitesse, etc.), joindre ensemble, unifier, combiner, ajouter | faire face, être opposé (à quelqu’un) | comparer, vérifier | faire face à (un horrible destin) | relier ensemble, connecter, chevaucher | mixer, combiner | mettre lame contre lame, se battre

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

Source : Shiro Kuma’s Blog : article « Ganseki Nag(ato) »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France