Kamu, kamu, kamu

Kamu, kamu, kamu

Le dernier cours de Hatsumi Sensei a complété les aspects philosophiques qu’il avait abordés dimanche (NDT : 26/07/2015).
J’ai ouvert le cours avec du Taijutsu que Sensei a porté à un niveau supérieur, en insistant sur l’aspect Mutō Dori de chaque chose. Bien que le thème soit “Gokōgoshin” (1), l’essence de ce que nous faisons est intimement liée à l’essence du Mutō Dori (2).

Hatsumi Sensei nous a dit : « quand vous pensez qu’il y a quelque chose, il n’y a rien. Quand vous pensez qu’il n’y a rien, il y a quelque chose. » Puis il a ajouté : « c’est cela Kanjin Kaname aka Shinshin Shingan ». (3) (4)

J’ai appris deux choses pendant ce cours :
1) ce concept de Kanjin kaname appartient au Takagi Yōshin Ryū et au Kotō Ryū ;
2) le Shinshin Shingan, “les yeux et l’esprit des dieux”, appartient au Togakure Ryū.

Pendant ce cours, Hatsumi Sensei a beaucoup joué avec ces deux concepts, passant du Taijutsu à la Yari et au Ninja Biken, comme à son habitude. Il manipulait ses Uke comme s’ils n’étaient rien, juste avec un de ses doigts.
Et il a insisté sur le fait que le doigt doit simplement être l’extension des mouvements du corps. Je lui ai demandé de le faire sur moi, et c’était comme si je me fracassais sur un mur.
Sensei est détendu, et paraît ne pas bouger du tout, mais vous ne pouvez pas le toucher. Au contraire, vous vous envolez sans raison. Rien de magique ici, c’est juste du pur Taijutsu.

Kamu, kamu, kamuAssez souvent quand on regarde Hatsumi Sensei montrer une technique, on se dit que ses Uke font un peu semblant. Mais quand vous vous retrouvez à leur place, vous comprenez que rien n’est simulé. Vous pouvez collectionner tous les Waza que vous voulez, mais si vous ne les ressentez pas avec lui, vous ne savez rien. Le Budō de Sensei, c’est d’abord du ressenti.

Pour avoir ce ressenti, vous devez vous entrainer correctement, ce qui signifie que vous devez écouter et obéir. Être un disciple, c’est ça et rien d’autre. Je souhaiterais qu’il y ait plus de disciples dans les Dōjō.

Cette réflexion sur “ce qu’est être un disciple” fait d’ailleurs écho à ce que Sensei nous a enseigné dimanche. Durant la pause, Hatsumi Sensei faisait face au Shinden et nous a parlé de Monju Bosatsu (5). Comme vous le savez peut-être, il y a dans le Shinden une statue du moine Ganjin, faite de bois dur (6). À l’intérieur de cette statue, il y a un trou dans lequel Sensei veut placer une statue de Monju Bosatsu. Ce Bodhisattva est supposé être Sariputra, le meilleur disciple de Bouddha (7).
Manjusri (skrt) est le Bodhisattva de la calligraphie et représente l’archétype du discipline sincère. Peut-être devrions-nous devenir de sincères disciples.

La calligraphie illustrant cet article porte l’inscription “Kamu, Kamu, Kamu, Shinyû, Shinmyō, Aun”. C’est ce dont Hatsumi Sensei nous a parlé pendant le cours de dimanche dernier (8). N’étant pas sûr d’avoir bien entendu, je lui ai demandé de répéter. Et il m’a dit qu’il ferait une calligraphie pour moi. La voici dans cet article.

Hatsumi Sensei dit que la “force divine” guide nos mouvements. Nous ne devons rien faire pendant le combat, juste laisser le “divin” inspirer nos actions. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution, seulement un mouvement naturel qui surgit.

Si voulez atteindre ce “mouvement naturel inspiré par les dieux” dans votre Taijutsu, alors comportez-vous comme Monju Bosatsu et devenez un disciple sincère de Hatsumi Sensei.

Notes :
(1) Gokōgoshin / 悟光護心 : voir aussi à ce sujet l’article “Engeki Ken”.
(2) Mutō dori : voir aussi à ce sujet l’article “Les Mutō Dori ne sont pas les Mutō Dori”.
(3) Dans ses enseignements, Hatsumi Sensei parle souvent de Kanjin kaname. Et il utilise de nombreuses significations différentes en fonction de ce qu’il veut nous transmettre.
Kanjin kaname / 肝心要 : point principal.
Kanjin kaname / 観 神 要 : voir la vérité derrière l’illusion.
(4) Christian Petrocello a écrit : « Sōke dit que 心神 心眼, Shinshin Shingan (l’esprit et les yeux des dieux) est appelé Kanjin Kaname », sur cette page web.
Concernant Shinshin Shingan, j’ai écrit dans un article plus ancien : «  “les yeux et l’esprit des dieux” ainsi que nous l’a dit Sensei pendant l’entrainement. Mais Shingan c’est aussi 真贋, (authenticité) et Shinshin c’est aussi 心身 (corps et esprit) ; nous pouvons donc comprendre que Tsurugi est la voie pour devenir pleinement authentique dans notre corps et dans notre esprit. Tsurugi est l’outil pour atteindre cela. En bougeant librement dans notre Taijutsu, nous nous débarrassons des intentions ». À voir dans un ancien article.(EN)
(5) Monju Bosatsu (jap) aka Manjusri (skrt) : Page web à propos de Monju Bosatsu (EN).
Bosatsu = Boddhisattva
(6) Page Wikipedia sur Ganjin.
(7) Hatsumi Sensei veut placer une petite statue de Monju Bosatsu dans la cavité de la statue de Ganjin. Monju est la représentation de Sharishi (skrt) aka Sariputra (jap) qui était le meilleur disciple de Buddha. Le Hannya Shingyō Sutra est une discussion entre Sharishi et le Buddha.
(8) Les 3 premiers signes signifient bonji pour “dieu” ou “puissance divine” (Kamu est comme kami). Il n’y a pas de kanji.
神佑 / Shinyû est la protection céleste ; l’aide divine.
神妙 Shinmyō est dans un ses sens “montrer de l’humilité dans l’aide divine” (merci à Doug Wilson pour cette information).
阿吽 / A Un : 1) (écrit d’habitude en utilisant kana seul) Om ; Aun ; syllabe représentant la trinité primordiale de Vishnu, Shiva et Brahma | 2) inspiration et expiration ; respiration ; alpha et omega.

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

Source : Shiro Kuma’s Blog : article « Kamu, Kamu, Kamu… »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France