Kunreshimasu vs Oshiemasu

Illustration de l'article Ninjutsu Bujinkan Réflexion Kunreshimasu vs Oshiemasu

Aujourd’hui, je veux parler de l’entrainement 訓練 (kunren). Je lisais mes notes de ces dernières années et je suis tombé sur une discussion que j’ai eue avec Sensei en 2010. Nous étions chez lui à boire un café et il m’avait dit : « Arnaud, tu dois enseigner ce que tu dois enseigner et tu dois t’entrainer à ce qu’il te faut t’entrainer ».

Il y a souvent un grand malentendu entre 教えます Oshiemasu, enseigner, et 訓練します Kunreshimasu, s’entrainer.

Le kanji 教, signifie enseigner, mais aussi la croyance, et la croyance est une chose que vous avez ou pas. Il n’y a pas d’entrainement pour l’obtenir, vous pouvez la développer uniquement si vous l’avez.

À l’inverse, 訓練 est composé de deux Kanjii :
(1) explication, instruction;
2) relier, accompagner.
C’est donc quelque chose qui nécessite du temps et des efforts pour l’obtenir.
訓練, vous force à tout tester par vous-même. Un livre, une vidéo, même un Densho (si vous pouvez le lire) ne sont pas suffisants. Vous devez assimiler la forme afin de la rendre vôtre et cela requiert un réel entrainement. Si vous voulez exceller, vous devez prendre des risques et le premier d’entre eux est de détruire les techniques et d’en tester des interprétations alternatives. C’est un processus permanent de tâtonnement. Évidemment vous échouerez souvent mais au final vous construirez votre propre Taijutsu, celui qui est adapté à votre corps.

Je me rappelle avoir un jour demandé à Senô Sensei comment il avait acquis une telle précision dans ses mouvements. Sa réponse était incroyablement simple : « Je me suis entrainé à faire toutes les bases lentement en changeant les angles degré par degré jusqu’à ce je sache la meilleure façon de les faire » m’avait-il dit. J’ai répondu que ça avait dû être un travail de longue haleine. « Environ 5 ans » a-t-il répliqué.

Aujourd’hui beaucoup d’enseignants ne s’entrainent pas vraiment. Et c’est dommage parce que Shingin Budō ne nécessite pas de techniques mais demande que vous gardiez « l’état d’esprit d’un étudiant » pour avoir une chance d’être « guidé » par les divins vents martiaux.
Pratiquez les mouvements par vous-même et trouvez vos propres réponses, et une fois au Japon demandez à être corrigé. Comme vous le savez, il n’y a ni de bonne ni de mauvaise façon de faire les techniques, mais il y a une vérité cachée à l’intérieur et cette vérité se révèle quand vous arrêtez d’enseigner et que vous vous entrainez sérieusement.
Je me suis rendu compte qu’en gardant pour moi les vingt dernières minutes du cours, je pouvais m’entrainer bien plus tout en étant officiellement en train d’enseigner, peut être devriez vous essayer.

Bûfû Ikkan (Keep going !)

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

source : Shiro Kuma’s Blog : article « Kunreshimasu vs Oshiemasu »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France