De la puissance à la subtilité

puissance subtilités

Lors d’un cours (NDT : juillet 2014), alors que nous étions encore en seiza après le Rei d’ouverture, Hatsumi Sensei a pris la parole. Voici ce qu’il nous a dit : « avant l’âge de 30 ans, il est important que vous développiez votre force et votre puissance musculaire. Quand vous serez plus âgés, alors là seulement vous pourrez pratiquer des mouvements plus subtils. »

Je ne sais pas ce qui avait motivé cette prise de parole, mais il est vrai que de trop nombreux jeunes pratiquants manquent de puissance dans leurs techniques.

Le jour suivant, j’étais dans le train pour Atago avec mon ami Marco des Pays-Bas, et nous avons discuté des propos tenus par Sensei la veille.

Marco s’est entrainé pendant de longues années, au jūdō, au jūjutsu et dans le Bujinkan. Et il poursuit son entrainement au jūjutsu. De mon côté, j’ai fait du jūdō pendant 17 ans et beaucoup d’autres choses, et je fus vaincu bien souvent.

Mais de nombreux nouveaux venus, au sein de la nouvelle génération Bujinkan, ont débuté les arts martiaux avec le Bujinkan. Ils n’ont jamais eu à combattre dans des compétitions ou dans la vraie vie, et ils ne savent pas ce que c’est que de se battre.

Le problème est que nous voyons désormais certains instructeurs avec zéro expérience du combat. Quand Sensei nous demande d’être “zéro”, je ne crois pas qu’il parle de cela. Et ces nouveaux instructeurs enseignent aux débutants ce qu’est le combat réel. Mais quelles connaissances en ont-ils ?

Ceci est un virage dangereux pour le Bujinkan et nous devons en être conscients. C’est peut-être ce qui a motivé les propos de Sensei en début de cours.
Je ne suis pas en train de dire que nous devrions instaurer des compétitions ou que nous devrions tester nos techniques en vrai en dehors des entrainements. Je dis juste que nous devons comprendre que nos jeunes élèves ont besoin d’être plus “physiques” sur les tatamis. Si nous ne le faisons pas, cela pourrait avoir des conséquences dangereuses pour eux.

En tant qu’instructeurs nous avons une lourde responsabilité.

Sensei nous répète qu’il enseigne pour les Jūgodan. Mais pour beaucoup, cela flatte leur ego, parce que ce qu’ils comprennent c’est qu’ils sont tellement bons que Sensei leur enseigne les secrets à eux seuls. C’est là une incompréhension totale.

Ce que Hatsumi Sensei veut en fait dire, c’est qu’il enseigne aux pratiquants qui s’entrainent depuis longtemps et qui ont dépassé l’âge de la trentaine. Et ces élèves senior, parce qu’ils sont déjà passés par les années “physiques”, peuvent évoluer vers un entrainement avec davantage de subtilités.
C’est parce que vous avez la capacité de détruire la vie que vous pouvez décider de la préserver, et non pas l’inverse.

Si nous comparons l’entrainement au Budō à la boîte de vitesse d’une voiture, nous pouvons dire que les pratiquants d’aujourd’hui sont toujours en 6e vitesse mais ne sont pas capables de rétrograder en 3e ou 2e vitesse. Maintenant que feront-ils quand ils auront besoin de plus de puissance ?

Copier les mouvements subtils des shihans japonais, c’est bien certes, mais totalement inutile et contre-productif quand il s’agit de vrais combats.

Au Ninjutsu, il existe un champ de pratique appelé 幻術, Genjutsu (l’art de l’illusion, la magie). Et de nombreux professeurs sont prisonniers de cette auto-illusion.

Il est donc important d’entrainer vos élèves à utiliser leur puissance musculaire jusqu’à un certain âge, de telle sorte qu’ils puissent comprendre comment s’en passer quand le moment sera venu. Le guerrier pacifique est un guerrier qui sait utiliser sa puissance pour donner la mort, mais qui a décidé de préserver la vie.

Le plus haut niveau des arts martiaux est de pouvoir vaincre l’opposant sans combattre. Mais si vous vous entrainez de manière “cosmique”, je peux vous assurer que le réveil risque d’être un peu douloureux pour vous.

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

Source : Shiro Kuma’s Blog : article « Be Strong, Then Soft »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France

🌟🌟 Paris Taikai 2016 🌟🌟
Avec Sveneric Bogsäter, Peter King, Pedro Fleitas et Arnaud Cousergue.
Profitez des tarifs “Old Bird” jusqu’au 13 juillet
Bujinkan Paris Taikai 2016