Roppô Kuji No Biken ? Encore ?

Ninjutsu Sabre : illustration de l'article Roppô Kuji No Biken

Sensei a fait beaucoup de Nagamaki (長巻) au début de l’année. Le mois dernier, en Argentine, Christian qui venait d’arriver du Japon m’avait dit qu’il semblerait que Sensei enseigne Roppō Kuji no Biken (六法九字之秘剣). C’est comme revenir au thème de 2004 ! Je n’ai pas compris jusqu’à ce que j’y aille.

Cours de sabre avec Hatsumi Sensei

À chaque cours, Hatsumi Sensei enseigne beaucoup de techniques de sabre. Dimanche, nous avons fait du sabre durant la première partie du cours. Sensei a dit que nous devions juste utiliser le sabre naturellement, sans essayer de couper ou bloquer. Il m’a pris comme Uke et ce que j’ai senti était étrange. C’était comme s’il n’était pas là du tout.

Sensei a sans effort dévié une attaque et dit que nous devions utiliser le sabre naturellement sans rien essayer de tel que couper ou bloquer. Il a appelé cela Musō Ken (無想剣), le “sabre sans intention”.

Dans cette technique, le déplacement des jambes place la lame de façon à intercepter l’attaque, et il n’y a aucune intention émanant de nous. Nous pouvons controler l’attaque de l’adversaire seulement en ajustant sa distance et son rythme. Comme expliqué dans un précédent article, il s’agit du “Engeki Ken” (縁隙剣) du Gyokko Ryū.

Sensei a alors montré une posture inhabituelle provenant du Kukishin Ryū et basée sur Seigan no Kamae.
Le sabre ne pointe pas en direction des yeux mais est légèrement plus bas comme en direction des genoux de l’adversaire (je suppose que nous pouvons l’appeler “Hiza no Kamae”).
Au cours de mes trente années de pratique, c’est la première fois que je voyais cela. Avec cette nouvelle posture, Sensei ne met aucune force musculaire dans sa saisie et peut absorber la force du sabre de l’adversaire. il se promène autour de la lame de Uke , la déviant en laissant passer l’adversaire. C’était très doux et semblait naturel. Cette force tranquille est dévastatrice lorsque l’attaquant se prépare à recevoir la contre attaque : il ne rencontre alors que le néant. En ne bloquant pas et en ne déviant pas le sabre de Uke, Uke arrrive dans un Kûkan et perd son équilibre. Ce blocage sans force est plus puissant qu’un habituel Ukemi. Au lieu d’avoir deux “yang”, c’était un vrai yin-yang. Uke and Tori était Un.

Et en l’expérimentant, j’ai compris pourquoi Christian m’avait dit que Sensei enseignait de nouveau Roppō Kuji no Biken (六法九字之秘剣). Et je pense pouvoir expliquer pourquoi Sensei l’enseigne en cette année d’ouverture du nouveau Hombu. C’est une question de numérologie.

Le Hombu Dōjō et la numérologie

Nous savons que les Japonais sont friands de numérologie.

Le premier Hombu Dōjō a ouvert ses portes le 10e jour du 10e mois de la 10e année de Heisei (1997) à 10:10 pm. Le nombre 10 symbolise la fin d’un cycle et un nouveau départ.

En 2015, Sensei a inauguré le nouveau Hombu le 22e jour du 2e mois de la 27e année de Heisei. Lorque l’on additionne le nombre des jours au nombre des mois, on obtient 2+2+2=6; et lorsque l’on fait de même avec les chiffres de l’année Heisei, on obtient 2+7=9.

Ce “6-9″ est le symbole du Roppō Kuji no Biken. Il symbolise aussi le Inyō (Yin-Yang), et c’est exactement ce que Sensei a fait samedi : être Un avec l’attaquant via l’utilisation du Kūkan.

Ce que nous voyons n’est pas toujours la réalité, c’est souvent une illusion.

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

source : Shiro Kuma’s Blog : article « Roppō Kuji No Biken? Again? »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France

Laisser un commentaire