The Monkey Theory

Illustration de l'article Ninjutsu Bunjinkan Concept The Monkey Theory

« Ce que voit le singe, il le fait » est une expression américaine des années 1920. Wikipedia (1) nous dit que cela fait « référence à un processus d’apprentissage sans comprendre le fonctionnement des choses ». C’est l’approche occidentale du légendaire « Don’t think! » de Hatsumi Sensei.

Depuis quelques années maintenant, je me considère comme un gorille à dos argenté, imitant Sensei sur les tatamis pour appréhender l’essence de son Budô. Et j’ai élargi ce surnom à tous les élèves et au cours des stages. C’est la théorie du singe : the monkey theory.

Lorsque vous enseignez, vous devez comprendre pourquoi ça fonctionne, mais lorsque vous vous entrainez, votre seule préoccupation est de faire sans comprendre. Sensei l’a expliqué il y a quelques années lorsqu’il disait que « l’action mène à la réflexion ».

Depuis Descartes, nous sommes entrainés à faire le contraire, c’est le fameux « Cogito ergo sum » (2) qui a ciselé le monde occidental. Mais cela s’applique uniquement aux cotés non conscients, pas à l’humain. Dans les années 1970, le groupe de recherche de Palo Alto avec Watlawicz avait déjà exposé que dans les relations humaines (l’étude portait sur les relations familiales) seule l’action peut prévaloir.

Maintenant, pour s’immerger dans l’action, le seul moyen est d’arrêter de penser. Sur les tatamis, en tant qu’élève, nous devons arrêter de comprendre et commencer à faire. Nous devons devenir des singes et agir comme des singes. Lorsque je regarde un documentaire animalier sur les chimpanzés, je suis toujours impressionné en regardant leur habileté à rouler. Je ne pense pas qu’ils aient jamais eu un professeur ou un Dôjô. Ils ont appris en appliquant la méthode de l’essai et de l’erreur.
En fait, les arts martiaux japonais et leur système d’écoles sont exactement pareils. La collection de techniques que nous avons dans le Bujinkan a survécu aux champs de bataille jusqu’à la période d’unification. Seules les meilleures techniques et les plus efficaces ont atteint le 21e siècle. Pour simplifier, toute technique qui n’était pas assez bonne, ne nous est pas parvenue.
Agir comme un singe est la meilleure expérience d’apprentissage que nous pouvons avoir. Ne pas chercher à comprendre, faire ! Je me rappelle Senō Sensei expliquant que lorsque nous commençons à vouloir reproduire une technique, nous faisons de grosses erreurs et en répétant la technique nous réduisons le nombre d’erreurs. Ce « nettoyage » est possible car, après chaque essai, on analyse et on apprend de ses erreurs. C’est le Kûden.

Le Kûden n’est pas simplement les secrets que votre Sensei vous révèlera ; c’est principalement ce que votre auto-observation vous dit. Faire des erreurs est normal, apprendre d’elles aussi. Ce qui est un tort est de ne pas apprendre d’elles, c’est exactement ce que signifie Shikin Haramitsu Dai Komyô. Chaque expérience bénéficie à notre compréhension.

Appliquer la théorie du singe à votre entrainement est ce que vous pouvez faire de mieux pour améliorer plus rapidement vos capacités.

Alors soyez content d’être un singe !

Notes :
(1) Page Wikipedia « Monkey see, monkey do » (EN)
(2) Cogito ergo sum : Je pense, donc je suis
T-shirt réalisé par Pablo Giannazzo, Jûdan, Bujinkan Argentine

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

source : Shiro Kuma’s Blog : article « The Monkey Theory »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France