La vérité sur Toda et Takamatsu

takamatsu ninjutsu

Dans la tradition japonaise, ce n’est pas le père mais les oncles qui transmettaient les techniques de combat aux jeunes Bushi. La raison en est qu’un oncle est moins susceptible d’être attendri par les pleurs de l’enfant. Apprendre le Budō est douloureux et ainsi que le disait Sensei : « si vous n’aimez pas avoir mal, alors ne vous entrainez pas au Budō ». Il est probable que cela devait être encore plus dur pour un jeune enfant dans le Japon du 19e siècle.

Les histoires transmises par Hatsumi Sensei nous apprennent que le surnom de Takamatsu Sensei enfant était 泣き味噌 nakimiso (le pleurnicheur). Nous savons également que le père de Takamatsu lui reprochait souvent de ne pas montrer le courage qu’on attendrait d’un enfant descendant d’une famille de guerriers. Son père était très strict et le jeune Takamatsu était souvent châtié. C’était là pratique courant au 19e siècle.

Le père de Takamatsu souhaitait que son fils rejoigne les rangs de l’armée et jugea qu’il avait besoin de suivre un entrainement avant de rejoindre l’école militaire. Et pour cette raison, il décida d’envoyer son fils au dōjō de Toda Sensei, le Shinden Fudō Ryū Jūtaijutsu Dōjō.
Takamatsu y débuta son entrainement, avec des réticences certes mais néanmoins avec constance. Il avait 9 ans à l’époque quand il commença son entrainement auprès de Toda Sensei. Il s’entrainait tous les jours après l’école. Les entrainements étaient à l’époque particulièrement durs et douloureux. Hatsumi Sensei racontait que même si Takamatsu n’était alors qu’un jeune enfant assez chétif, il était traité comme un adulte par les élèves plus âgés, et passait les cours à recevoir des coups et à voler au-dessus du tatami.

Le nom de Toda Shinryūken Masamitsu est connu de tous dans le Bujinkan. Il était instructeur à l’École militaire Tokugawa à Kyōto (1), et il prit sa retraite (ou démissionna) pour des raisons à la fois politiques et éthiques (2). Il enseigna au sein de son dōjō, le Shinden Fudō Ryū Jūtaijutsu Dōjō, vraisemblablement jusqu’à sa mort en 1909. Quand le jeune Takamatsu arriva dans son dōjō, Toda Sensei était déjà assez âgé (il était né en 1818) (3), il avait déjà 80 ans.

Mais il y a quelque chose que de nombreux pratiquants ignorent. Toda Sensei était l’oncle de Takamatsu, et non pas son grand-père qui lui était mort avant la naissance de Takamatsu.
Cette confusion vient du fait qu’en japonais “grand-père” (祖父, “oji”) a la même sonorité que “oncle” (伯父 “oji”). J’imagine que ce sont les premiers Occidentaux arrivés au Japon qui ont mal compris l’histoire, et que depuis l’erreur s’est propagée à travers la toile. Mais si vous avez lu les livres de Hatsumi Sensei ou bien si vous avez assisté à ses cours, vous devez certainement le savoir. Toda Sensei était l’oncle de Takamatsu, et cela nous avait encore été rappelé par Nagato Sensei lors d’une pause pendant un cours (printemps 2012).

Néanmoins, si vous n’avez pas eu l’occasion de lire les livres de Sensei, ci-dessous quelques extraits :

« Comme vous le savez, il reçut en fait son enseignement de son oncle qui appartenait à l’ordre des Samouraïs de la Province de Iga ». (dans “Essence of Ninjutsu” de Hatsumi Masaaki, p.17, Éditions Contemporary books, 1988).

« Takatsmu disait souvent qu’entre les sessions d’entrainement avec son oncle, Toda Sensei, il était chargé de recopier les densho de Toda Sensei ». (dans “Unarmed Fighting Techniques of the Samurai” de Hatsumi Masaaki, p.168, Éditions Kodansha International, 2008).

Lisez s’il-vous-plaît les livres de Hatsumi Sensei de manière minutieuse, et non pas seulement entre les lignes. Et si vous avez un doute, demandez à Sensei directement, il vous répondra avec plaisir.

Notes :
(1) À ne pas confondre avec la célèbre École militaire Nakano de Tokyo, créée en 1938.
(2) « Le professeur de Takamatsu Sensei, Toda Shinryûken – le 32e grand maître du Togakure Ryū Ninpō – avait enseigné le Budō en tant que chef instructeur à l’École militaire de Kyōto, et y jouissait d’une excellente réputation. Il avait été nommé par Matsudaira Noriyasu (1794-1870), un des plus anciens conseillers du Shogunat. Cependant, des remous politiques conduisirent Matsudaira Noriyasu à perdre son poste, et Toda Shinryūken quitta immédiatement l’École (…). Il ne reprit plus jamais par la suite de fonctions officielles ». (dans “The Way of the Ninja” de Hatsumi Masaaki, p.27, Éditions Kodansha Publishing, 2004).
(3) Selon d’autres sources, il serait né en 1824.

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

Source : Shiro Kuma’s Blog : article « The Truth About Toda Sensei »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France