Tsunagari à travers Hanpa

tsunagari

J’ai ouvert le cours (NDT : cours du 26/07/2015) avec deux techniques de Taijutsu, essayant de donner vie au concept de Ishitobashi (la pierre qui ricoche), concept sur lequel je me suis entrainé depuis mon précédent voyage au Japon au mois de Mai 2015.(1)

Après avoir fait quelques variations, Hatsumi Sensei a appliqué le même concept à des techniques de sabre. Comme toujours, je suis admiratif lorsqu’il prend ce qui a été démontré et l’emmène à un niveau supérieur.

Ces jours-ci, Sensei a insisté sur Tsunagari (2), c’est-à-dire la connexion entre Uke et Tori, et les armes. Cette connexion est le premier pas vers Enno Kirinai (ne pas couper la connexion) (3). Une fois que Tsunagari est réalisé, vous devez garder cette connexion.

Pour ce faire, il a dit que nous ne devons pas finir nos mouvements : c’est le concept de Hanpa (incomplétude). Hanpa (4) ne nous est pas nouveau ; nous l’avons étudié il y a quelques années avec Chūto Hanpa 中途半端, c’est-à-dire les techniques faites à moitié.(5)

Hanpa (incomplétude) permet Tsunagari (connexion Uke/Tori/armes) et nous gardons la connexion avec Enno Kirinai (ne pas couper la connexion).
Il n’y pas d’intention, nous sommes “zéro” et nous surfons simplement sur les mouvements de Uke. En gardant cette connexion, nous pouvons nous “départir du mouvement des jambes” (Ashi Kiri 足切), et bouger comme une pierre qui ricoche.
Puisque le sabre est un bouclier et que couper n’est pas l’objectif principal (voir à ce sujet un article précédent), nous bougeons la lame avec le mouvement des jambes et non pas avec les bras. Sensei a dit (une fois encore) de ne pas utiliser la force (Chikara Janai 力じゃない), mais seulement les mouvements du corps : Karada 体 (le corps) et non pas Chikara 力 (la force).

Pour parvenir à cet état de “non-faire”, il a ajouté que maîtriser les Kihon Happô et le Sanshin est un prérequis. Il a également insisté sur l’importance de construire de solides fondations pour notre Taijutsu. La qualité des bases de votre Taijutsu est le chemin permettant de comprendre ce que Sensei fait ces temps-ci.
Quand vous maîtrisez les bases, elles sont enracinées, vous ne pensez pas à faire un mouvement. C’est le “Ri” de Shuhari (fondamentaux). (6)

Au niveau “Ri”, vous pouvez vous concentrer sur l’intention. Comme Sensei le dit pendant ses cours, vous devez être Honto 本当 (vrai dans vos actions) pour influencer les réactions de Uke.(7)
Paradoxalement, cela vous oblige à alterner “sans intention” et “vraie intention”. Il a ajouté que cela fait partie de la nature humaine (ningensei 人間性) de ressentir le danger ou d’anticiper le danger, qu’il soit réel ou non.
En alternant ces deux états, vous créez des ouvertures dans les réactions ataviques (innées) de Uke et surpassez ses intentions. Cette réaction animale s’appelle Inyō 陰陽, et est plus connue sous le nom de Yin Yang.

Étrangement, Ashi Kiri 足切 peut s’écrire Ashi Kiri 足霧, où “Kiri” signifie brouillard.
Donc on peut dire qu’en nous départissant des jambes, nous créons un mouvement s’apparentant à un Metsubushi qui capture l’esprit de Uke et le pousse à mal réagir à nos “non-actions”.

Notes :
(1) Ishitobashi 石飛ばし : le principe de la Pierre qui ricoche. Voir à ce sujet l’article “Ishitobashi”.
(2) Tsunagari 繋がり : connexion ; lien ; relation.
(3) Enno Kirinai 縁の切ない  ne pas couper la connexion.
(4) Hanpa 半端 : vestige ; fragment ; ensemble incomplet ; fraction ; incomplétude.
(5) Chūto Hanpa 中途半端 ; Voir à ce sujet l’article “Consciously Unconscious” (EN)
(6) Shuhari / 守破離 : les trois étapes de l’apprentissage ; les fondamentaux; rompre avec la tradition; se séparer de la sagesse traditionnelle.
(7) Honto / 本当 : vérité, réalité.

Article de Arnaud Cousergue, Bujinkan Dai Shihan

Source : Shiro Kuma’s Blog : article « Tsunagari Through Hanpa »
Traduction en français par l’équipe du Bujinkan France